+33 (0) 494 294 659
Dong Feng au Surf

Volvo Ocean Race Jour 15

Turn the tide on plastic prend les commandes de la 6 ème étape de la Volvo Océan Race.

 

Déjà 15 jours de course. Dee Caffari skipper de Turn the Tide of Plastic, secondée par Brian Thompson et Nicolas Lunven au poste de navigateur, gère parfaitement sa course. Ce matin, elle prend les commandes de la flotte.

 

© James Blake/Volvo Ocean Race

 

Ce matin, elle confiait  : « De bonnes nouvelles aujourd’hui. Premièrement ça donne le sourire aux marins que l’on réveille pour qu’ils prennent la relève sur le pont, mais c’est aussi un vecteur de motivation pour tout le monde, afin de maintenir ce niveau d’effort jusqu’à Auckland, à 1,500 milles d’ici. »

 

Les derniers routages indiquent une arrivée autour du 27 février ici en Nouvelle-Zélande, ce ce qui au vu des vitesses actuelles peut paraître difficilement concevable.

 

« Sur l’eau ça a été le calme plat, tandis que là-haut les nuages étaient larges et noirs… à présent, c’est un peu plus changeant, et mouillé ! Ça nous a donné pas mal d’opportunités de nous doucher, ce qui aide pour combattre la chaleur pendant la journée. »

 

Hier, en plein milieu du Pacifique, nous  assistions  à une scène étonnante:  Team Brunel croisait juste derrière Turn the Tide on Plastic.

 

« Hier, nous étions bord à bord avec Brunel pendant la majeure partie de la journée, on a même croisé à quelques mètres devant eux. On était si proches, qu’avec le calme ambiant, on pouvait presque entendre leurs conversations. C’est chouette de voir un autre bateau, mais assez dingue après 4,000 milles… »

 

 

La situation est très instable, elle peut basculer à chaque instant aux gré des humeurs d’Eole. Toutes les stratégies peuvent être bousculées à chaque minute à l’instar de Turn the Tide of Plastic et Team Brunel, qui hier naviguaient au contact avant que la situation n’évolue en faveur du bateau mené par Dee Caffari.

 

Avec des vitesses qui fluctuent en fonction des humeurs de mère nature, au gré des nuages qui tapissent le ciel du Pacifique, la situation reste très incertaine, et peut basculer à tout moment. Chaque report de positons peut tout relancer, et les stratégies peuvent être remises en cause d’une minute à l’autre. À l’image de Turn the Tide on Plastic et Team Brunel hier, puisque les deux équipages naviguaient à vue, avant que la situation ne bascule en faveur du bateau militant pour l’éradication des plastiques. Ce matin, Brunel avait plus de 25 milles de retard… bien peu en comparaison des 1,500 milles qui séparent la flotte de la 6 ème étape de laVolvo Ocean Race de l’arrivée à Auckland.

 

Des options differentes  ont été choisies par le groupe de tête, avec Turn the Tide on Plastic plus à l’est, les trois bateaux de tête sont sur la même latitude, SHK Scallywag, actuel deuxième est à 55 milles à l’ouest, et AkzoNobel, est  10 milles plus à l’ouest de SHK Scallywag.

 

A l’arrière de la flotte, le divorce  des deux bateaux rouges est consommé. MAPFRE fait route vers l’ouest tandis  que Dongfeng plonge dans le sud, ce qu’apparement le navigateur Pascal Bidégorry avait envie de faire depuis longtemps….

 

philippe15

0comments

21 Fév, 2018

Actu

Comments

Type a comment

Submit

*